... ...
 
05328ae9-659d-4a4a-b64b-6666e48b7358.JPG
bagues.jpg

LA NAISSANCE D'UNE PASSION 

En 2019 je crée ma première bague en porcelaine, loin de me douter que c'était le début d'une longue série. Juste après la triste découverte que les bijoux légués part ma grand-mère m'avaient été volés, je commence à faire avec ardeur ces petites créations sans être consciente du lien entre ces deux évènements et de leur pouvoir cathartique. Bien plus que de combler une perte, j'allais vous le verrez, renouer au travers des générations un fil tellement plus précieux que les belles pierres et les ornements. 

La porcelaine est pleine de paradoxe et c'est bien cela qui m'a captivé. À l'état brut, elle est collante et gluante et je m'en mets toujours partout sur moi. Cela demande parfois un peu de force et de patience pour arriver à bien tout pétrir et étaler. En somme, pour commencer à l'apprivoiser. Après quelques minutes à l'air libre on se rend compte qu'elle devient tendre et délicate, et qu'elle demande beaucoup d'attention. Mais ne soyez pas dupe, car après avoir résisté à des températures extrêmes, la porcelaine exhibe fièrement une force et solidité sans faille.  

 

J'aime ses possibilités infinies de transformations. J'aime la liberté de faire et refaire des erreurs sans limites du haut de mon petit terril de terre séchée. J'aime caresser frénétiquement la matière jusqu'à la rendre parfaitement lisse. Au fond, je me retrouve un peu dans la porcelaine, elle qui me rappelle que des paradoxes qu'on croit inconciliables ne sont que différents cycles d'une même essence. 

 

Le nom "Carat de terre" est donc la poétique association de la porcelaine et de l'or. Cependant, tout cela n'émerge pas tout à fait par hasard... Fille de céramiste et petite-fille de bijoutiers, j'ai été entourée de porcelaine et de bijoux presque toute ma vie. De la fusion de ces deux héritages provient mon univers. Mon espace de liberté où je voue un éloge à la fragilité en tant qu'expression de l’élégance, avec comme matière première un peu de moi et une once de délicatesse. 

Lucie Evrard